WE artif 6-7 et 8 mai 2017 pour le groupe alpinisme Occitanie

Qui dit fin de l'hiver, dit retour sur le caillou !Cette fois ci, rdv près de Chambéry dans les Bauges pour 3 jours de stage artif au Mont Peney. Grande première pour certains d'entre nous !

 

Samedi matin 06/05

Un débriefing matos s'impose. Une fois tous les sacs bouclés et bien chargés, on prend la direction de la falaise sous une pluie battante.

Après quelques explications sur la théorie de la pose de pitons et autres rudiments pour l'artif, nous nous élançons dans nos premières longueurs, modestes mais qui ont quand même valu quelques frayeurs pour certain.

 Jules et Etienne, plus expérimentés, ont même le temps de fixer la 1er longueur de leur projet. Idem pour Simon qui fixe la 1er longueur de Crynoline. Il est temps de déséquiper. Un piton récalcitrant tient tête à Simon pendant plusieurs longues minutes (heures  ?) mais au prix d'un combat acharné, de cris de rage et de 2 mousquetons cassés, il cède !! C'est l'heure de rentrer au gîte et de former les cordées pour le lendemain.

Jules et Etienne dans Petites perles : 7 longueurs, 180 mètres, A2+

Thibault et Cédric dans Peter Pan : 7 longueurs et qui rejoint Crynoline à L3, 10 mètres, A2+

Marie et Juliette dans Crynoline : 7 longueurs, 180 mètres, A1 (plutôt A0+ pour la première partie)

Raphaëlle et Simon ont eux aussi leurs projets : Caf 3 et Le paradis du friend (qui porte bien son nom)

 

 

Dimanche 07/05,

            L'ambiance au pied de la falaise est encore plus humide que la veille… Petit récap matos entre cordée au pied des voies et c'est parti ! La cordée de Petites perles profite de leur stat' posée la veille et arrive rapidement à R1. Ils continuent leur progression et réussissent à fixer les 2 et 3èmes longueurs. Thibault et Cédric entament leur voie et  parviendront à fixer les 2 premières longueurs dans la journée. La cordée féminine a plus de difficultés pour se repérer entre les innombrables relais qui marquent la bifurcation entre Clara et Calimucho et Crynoline. Afin arriver à bon relais, une « cascade » les empêche de traverser les 3 petits mètres qui les séparent du 1er spit de L2. C'est sans compter sur l'imagination et l'aide du guide, qu'elles parviennent, à l'aide de deux bâtons de marche scotchés, de clipper le spit et peuvent afin démarrer une vraie voie d'artif. Elles ont finalement le temps de fixer une et demi longueurs.

            De retour au sol, nous nous retrouvons tous, fatigués, affamés mais motivés pour en finir le lendemain. Malgré notre grande ambition de la veille, aucune cordée fit ce qu'elle espérait : attteindre la vire du bivouac en une journée… l'artif c'est long !

 

Lundi 08/05 :                                   

            Programme chargé pour ce dernier jour de stage. Nous arrivons de bonne heure au pied de nos voies. Le dépitonnage aura eu raison de l'épaule de Marie qui cède la place à Simon (grand gagnant du Chifoumi contre Raphaëlle). Tout le monde s'active. Beaucoup d'entre nous on laissé le matériel là-haut et c'est plus léger, que nous entamons la remontée de nos stat' respectives. Les cordées avancent lentement mais sûrement vers l'objecif de la journée : la vire avant 12h. Simon sera le premier à en cliper le relais. Juste sous le relais, Etienne, parti en tête ce matin, semble avoir quelques difficultés dans un toit impressionnant où les spits se font rares. Dans le stress de l'horaire, la cordée au dessus fixe leur stat' et la donne à Etienne, qui heureux et soulagé remonte rapidement sur la vire. Sauvé ! C'est l'heure d'envisager sérieusement la descente. Après des prises de têtes sur les noeuds de nos cordes, nous voilà tous les quatres sur le plancher des vaches. La cordée Thibault/Cédric, a quant à elle poursuivit la voie de son coté et ils entament la descente peu de temps après.

            Le plus dur reste à faire : trier le matériel et nettoyer le gîte. Tout le monde se met à l'oeuvre et c'est presque sans retard sur l'horaire prévue que les voitures décollent.

            Encore un super stage qui se termine dans la bonne humeur.     Merci à notre guide et à Simon Verrier, pour l'assurage et pour nous avoir passer des pitons COUPÉS !!!! (et pour cette chute mémorable.)

 

Share
Compteur d'affichages des articles
164057