Qui sommes-nous ?

Le comité régional Occitanie des clubs alpins français et de montagne regroupe 35 clubs répartis sur 13 départements soit près de 10 000 adhérents 

 

La première caractéristique de notre comité, c’est la présence de gros clubs dont le Caf de Toulouse avec près de 2 700 adhérents mais aussi le Caf des montagnards ariègeois (471 adhérents) et le Caf de Tarbes (786 membres).

Mais on y trouve également des clubs à ossature locale comme le club de Labarthe (21 adhérents) ou Grenade (30 membres)»

 

La seconde caractéristique, c’est l’extrême variété de nos activités puisque l’on y retrouve des disciplines sportives de pleine nature aussi différentes que…la randonnée pédestre, l’alpinisme, le canyon, les expéditions en hautes Altitudes (de 5 000 à 8 000 m), l’escalade, la cascade de glace, le surf, le ski alpinisme, la spéléologie, le parapente de montagne, la rando-raquette, le ski de fond, le ski hors piste, le Vélo de montagne, voire certaines activité « masticatoires » qui rassemblent les « anciens ».

 

La troisième caractéristique de notre comité, c’est une certaine prise de distance par rapport aux compétitions, non pas que celles-ci soient absentes de nos disciplines sportives mais, cela n’est pas une priorité sur laquelle les bénévoles s’investissent et pour laquelle nous concentrons des fonds régionaux.

 

La priorité, ce serait plutôt la formation des futurs encadrants bénévoles, sachant que nos activités nécessitent un fort taux d’encadrement pour essayer de diminuer l’accidentologie de nos disciplines.

En effet, ce point constitue malheureusement la quatrième caractéristique des pratiques sportives que nous couvrons avec un taux de décès de 1 pour mille par année, ce qui est considérable eu égard au problème humain posé.

A noter, par ailleurs, que la plupart des accidents mortels ont lieu à l’occasion d’une pratique hors club, sans encadrement. C’est notamment le cas pour l’alpinisme ou le ski alpinisme.

De fait, l’objectif prioritaire du Comité régional, reste d’aider la formation de cadre bénévoles afin que les clubs puissent aussi souvent que possible proposer à leurs adhérents des sorties « encadrées » au cours desquelles les accidents graves sont plus rares.

Mais, la formation de ces cadres coûte cher (entre 700 et 1 000 euros), ce qui nécessite d’incessantes recherches de financement pour soulager la charge pécuniaire de ces formations qui pèse en grande partie sur les cadres bénévoles.

Share
Compteur d'affichages des articles
164071